aide aux devoirs, travail scolaire

Densité de population à Pétaouchnock et kilos de pommes

Ce soir, mon temps a été occupé à 95% par l’aide aux devoirs auprès de Faustine (CM1) et de Louise (5e), si bien que Marie, 5 ans, ne m’a pas beaucoup vue !

Leçon de géographie

Faustine avait une leçon de géographie à apprendre et elle n’était pas, mais alors pas du tout motivée… Du coup, elle a appris paragraphe par paragraphe et elle me récitait chaque paragraphe séparément. Ensuite, elle a pu me réciter la leçon entière excepté un point…
Elle devait apprendre la définition de la densité de population mais elle n’avait rien compris à cette notion.

Densité de population… à Pétaouchnock

Nous nous sommes mises devant son tableau blanc et j’ai commencé à lui expliquer ce qu’était un kilomètre carré : la surface d’un carré de 1 km de côté. Pour cela, elle a dessiné un carré en indiquant la longueur des côtés.

Face à son dessin, elle me dit :

– Bah non, ça fait 2, pas 1 !

Faustine n’ayant pas encore appris à calculer des aires, je lui ai simplement dit que pour calculer l’aire d’un carré c’était « côté x côté » et qu’elle apprendrait ça plus tard. Elle a donc considéré que ça faisait bien 1 km² et pour l’écrire, elle a dessiné un petit carré à côté de « 1km » ! Je lui ai alors précisé qu’en mathématiques, son petit carré était matérialisé par un petit 2.

Je lui ai ensuite expliqué que dans ce carré de 1 km², on pouvait mettre un certain nombre d’habitants. A Levallois-Perret par exemple (exemple stipulé dans sa leçon), il y a 26 000 habitants dans un carré d’1 km². Pour schématiser mon explication, elle commence à écrire 26 000 à la place du 1 sur le côté du carré…

 – Alors, non Faustine, le carré il fait toujours 1 km², ça ça ne change pas. On pourrait représenter les habitants par des petits points par exemple…, et tout en dessinant des petits points dans le carré, je poursuis : dans le cas de Levallois-Perret, il y aurait 26 000 petits points soit 26 000 habitants. On dit alors que la densité de population de Levallois-Perret est de 26 000 hab/km².

Faustine commençait à comprendre… Je poursuis :

– La densité de population n’est pas la même partout…

et comme je ne connaissais pas d’exemple de densité de population, j’ai dit :

– A Pétaouchnock, par exemple, la densité de population est de 50 habitants par km² . Essaie de m’expliquer ce que cela signifie…

Après avoir bien ri à l’évocation de cette ville portant un drôle de nom, je l’avoue, Faustine a schématisé la densité de population à Pétaouchnock. Puis elle m’a dit :

– On pourrait aussi avoir une ville où il y aurait 5 habitants/km² !

Elle avait maintenant bien compris cette notion de densité.

Leçon de mathématiques

Division de nombres décimaux

Louise, de son côté, tablait sur les divisions de nombres décimaux. N’ayant pas posé de divisions depuis un petit moment, elle était un peu perdue et ne savait pas comment commencer d’autant plus qu’il y avait des virgules partout ! Je lui ai alors rappelé la méthode en m’aidant du mémo de cours de son livre pour employer les bons mots. Je l’ai ensuite guidée sur les premières divisions.

Kilos de pommes

Le dernier exercice était un problème qui a posé bien des problèmes à Louise ! Entre prix payé, nombre de kilos de pommes achetés et prix au kilo, Louise peinait à comprendre le raisonnement.

Elle a posé la bonne opération (une division) mais à l’envers… Du coup, j’ai essayé de lui faire comprendre le raisonnement en partant de chiffres plus simples. Elle me dit alors :

– Ah oui ! Ca y est j’ai compris !

Pour m’en assurer je lui ai posé un autre problème avec des chiffres plus compliqués et où le résultat ne pouvait pas être trouvé intuitivement… et là je me suis aperçue qu’elle n’avait pas encore saisi le raisonnement car elle était complètement perdue. J’ai donc repris les étapes du raisonnement et elle a finalement compris ce problème-là :

– Ah mais c’est tout simple en fait ! s’exclama-t-elle.

La Maman des filles est arrivée à ce moment-là, du coup, j’ai dit à Louise que je lui reposerai un problème semblable le lendemain pour consolider ce que nous venions de travailler !

Pendant tout ce temps, Marie, 5 ans, s’est occupée toute seule. Elle a joué, entre autres, aux playmobiles et à la maîtresse !

Vous aimez cet article ?! Partagez-le ! Facebooktwitterredditpinterestlinkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *