faut-il laisser les enfants s'ennuyer

Faut-il laisser l’enfant s’ennuyer ?

Aujourd’hui je vous propose un article un peu spécial. Il se trouve qu’une auxiliaire parentale m’a contactée via ce site afin de me faire part d’une difficulté qu’elle rencontre dans son travail.

Je vais donc vous partager son questionnement ainsi que la réponse que je lui ai envoyée.

Bonne lecture !

Bonjour, je viens vous contacter afin de vous demander un conseil.

Je suis auxiliaire parentale depuis 7 ans, sur Paris. J'adore mon métier [...] mais je suis triste du manque de reconnaissance. J'essaie de faire évoluer les mentalités... pas facile...

Bref... le conseil que je recherche, serait sur le sujet du "Faut -il laisser un enfant s'ennuyer ?"

Je sais que oui, mais la nouvelle mode des parents (sans les juger eux directement mais plutôt la société qui fait peur aux parents pour l'avenir des enfants et qui pensent du coup que l'enfant doit être éveillé sans arrêt... pour les rendre plus intelligent ...)

J'ai le souci suivant : H 28 mois, parle très bien, propre pour le pipi, compte jusqu'à 7, très éveillée... Elle rentre en maternelle [dans quelques mois]. Elle ne sait pas s'occuper seule... Je la garde depuis qu'elle a 4 mois . Mais elle refuse de jouer seule . Les journées sont rythmées . J'ai instauré une routine (je garde 4 enfants en garde partagée).

Journée type :

8h30- Temps des transmissions des parents - Arrivée de la 2ème famille [...]

9h- Je propose à H 28 mois de m'aider à préparer le déjeuner (en général elle adore et le fait tous les matins) [...]

9h30- [...] La petite que je garde avec elle, C 14 mois, dort encore le matin [...] Avec H on fait soit un gâteau pour le goûter ou bien une activité manuelle

10h30- C se réveil en général et là je met en place mon atelier contes comptines de 20 minutes environ.

11h- Je change, propose les toilettes et je laisse les filles jouer. Et dès qu'il y a ce moment de jeux libres, j'observe les filles jouer. H ne fait que me réclamer : "je m ennuis" ... me colle ... et commence à me dire"je suis fatiguée"...

Vers 11h45- Je propose de mettre la table : en général, elle adore... 12h- on passe à table / 12h30- on sort de table on débarrasse et se débarbouille [...] [13h-15h-Sieste puis goûter et sortie au parc jusqu'à 17h15, puis retour d'école des deux garçons, douches et dîner]

Et cette petite H s'ennuie... tout le temps dès que je ne fais rien avec elle… J'essaie de lui expliquer qu'elle doit aussi jouer seule mais elle ne veut pas... elle boude autrement... [...]
                                                          Audrey

Bonjour Audrey,

Un grand merci pour votre message !

Tout d’abord, bravo pour votre organisation avec les enfants sur la journée !

Concernant la reconnaissance de notre métier, il reste du chemin à parcourir, c’est certain. Est-ce que les familles pour qui vous travaillez actuellement reconnaissent la qualité de votre travail ? Qu’est-ce qui vous fait dire ou sentir le manque de reconnaissance du métier d’Auxiliaire parentale ?

Je vais maintenant vous partager ce que je pense de la situation que vous me présentez.

Faut-il laisser un enfant s’ennuyer ?

J’ai très envie de répondre : Oui !

[Je vais d’abord parler d’une manière générale puis je nuancerai mon propos en fonction de la situation]

En effet, l’ennui est bon. Bon pour tout le monde d’ailleurs, enfants et adultes. Mais comme vous le soulignez, la société ne valorise pas l’ennui et ne l’encourage pas non plus… « S’ennuyer, c’est perdre son temps… » et pourtant, l’ennui est riche en apprentissages !

Laisser à l’enfant l’occasion de s’ennuyer lui permet :

  • de révasser, de penser, de vivre dans son « monde intérieur », de réflechir, de contempler l’environnement (le mouvement des nuages à travers la fenêtre par exemple)…
  • de chercher et de décider par lui-même quoi faire, vers quel jeu aller, quelle activité entreprendre.

L’ennui permet donc à l’enfant de développer :

  •  sa créativité
  • son imagination
  • son autonomie

Cependant…

Cependant, les précisions que vous donnez sur la situation, me poussent à nuancer et à détailler mon propos.

Voici pour commencer quelques pistes de réflexion sur :

Pourquoi H n’arrive pas à jouer seule ?

  • Peut-être qu’à 11h, H est réellement fatiguée
  • ou peut-être qu’elle commence à avoir faimet, ce qui est vrai pour nous adulte est aussi vrai pour les enfants : quand on commence à avoir faim ou qu’on est fatigué, on est généralement moins entreprenant. Avez-vous déjà eu l’occasion de « tester » ce temps de jeu libre à un autre moment de la journée ?
  • Peut-être qu’elle n’a pas eu souvent l’occasion d’apprendre à jouer seule et que, du coup, elle est dépendante de l’adulte pour se lancer dans le jeu
  • Peut-être qu’elle n’a pas trop confiance en elle, en ses capacités à jouer… et qu’elle a besoin que quelqu’un approuve ses jeux et ses aptitudes à jouer… Je pense d’ailleurs, que tous les enfants ont besoin du regard bienveillant de l’adulte pour jouer et se lancer dans l’aventure.
  • Peut-être qu’elle est très sociable et qu’elle ne se sent bien que quand elle est avec quelqu’un d’autre…
  • Peut-être qu’elle a peur de déranger le salon ou l’espace de jeu ? Cela peut-être le cas si l’enfant grandit dans un environnement dont le rangement doit être impeccable et/ou un environnement où le mouvement et le bruit sont mal tolérés.

Comment accompagner H pour qu’elle appréhende mieux l’ennui au fil des mois ?

Et maintenant, voici quelques pistes à explorer pour essayer d’aider H à apprendre à jouer seule, car oui, pour elle, il s’agit bien d’un apprentissage !

Je pense que, dans un premier temps, il faudrait jouer avec elle durant ces temps de jeu libre… ou bien, j’ai envie de dire, il faudrait « s’ennuyer » avec elle ! C’est peut-être ce que vous faites déjà d’ailleurs…

S’ennuyer avec elle, ce serait rester là, avec elle, attirer son attention sur de petites choses de l’environnement, écouter les bruits, se regarder… Tout cela pour lui montrer qu’on n’est pas obligé de « faire » quelque chose… mais bon, pas trop longtemps quand même car ce n’est pas simple !

Et puis, jouer avec elle, mais tout faire pour que ce soit elle qui vous propose le jeu. Lui demander par exemple :

  • «Je veux bien jouer avec toi maintenant. A quoi/avec quoi voudrais-tu qu’on joue ensemble ? »

Et là, quel que soit le jeu que H propose il s’agit de la suivre (sauf si sa sécurité est menacée bien sûr). Pas toujours facile pour nous, adultes… il nous faut aussi apprendre à jouer avec l’enfant… mais ça, c’est un autre sujet !

Et si elle ne sait pas, si elle n’a pas d’idée, l’inciter à regarder dans son environnement, dans ses jouets… et l’assurer de notre confiance :

  • « Je suis sûre que tu vas trouver une idée, que tu vas trouver quelque chose d’intéressant ! »

Une fois que vous êtes lancées dans le jeu, toutes les deux, la laisser autant que possible « diriger » le jeu. Suivre ces instructions et si elle ne vous demande rien… ne rien faire ! Attendre ses consignes, tout en étant là, à côté d’elle, avec elle, prête à agir si elle vous le demande.

Et puis, si vous sentez que c’est possible (peut-être pas les premières fois), à un moment où elle semble bien « absorbée » par son jeu, tentez de vous éclipser un tout petit moment en la prévenant :

  • « Je te laisse continuer à jouer, je vais plier le linge (c’est un exemple) et après, je reviens jouer avec toi, si tu veux »…

Tout en étant à distance, vous pouvez continuer à observer son jeu et à le commenter simplement « Oh, je vois que tu as empilé les cubes… »  (par exemple) afin de l’encourager et de valoriser sa manière de jouer seule.

Et si H n’accepte pas que vous vous soyez éloignée, ce n’était peut-être pas le bon moment, continuez à jouer avec elle et retentez l’expérience à un autre moment.

Rien ne sert de forcer les choses…

A mon avis, rien ne sert de forcer les choses. Il n’y pas grand intérêt à obliger l’enfant à rester seul et à jouer seul. Après le lui avoir proposé et après un petit temps d’inaction, si cela le rend triste ou mécontent, c’est qu’il ne parvient pas à gérer son ennui et qu’il est donc nécessaire de le lui apprendre petit à petit. Il paraîtrait inconcevable de laisser un jeune enfant seul avec ses vêtements et d’attendre, sans aucune aide de notre part, qu’il trouve comment faire pour s’habiller seul ! Et bien pour jouer seul, c’est un peu pareil ! Même si, pour certains enfants, cela paraît plus naturel. Ne l’oublions jamais : chaque enfant est différent, chaque enfant est unique !

D’après mes expériences…

Mes différentes expériences auprès d’enfants de 2-3 ans m’ont montré qu’à cet âge-là, l’enfant sollicite beaucoup l’adulte, soit pour jouer avec lui, soit pour le regarder jouer. Et puis, en grandissant, petit à petit, les temps de jeu libre seul s’allongent.

J’ai aussi remarqué que dans les périodes où l’enfant est davantage fatigué ou tracassé, le jeu libre seul est souvent plus difficile. L’enfant manifeste davantage un besoin d’affection, de réconfort…

Pour conclure…

Voilà, je ne sais pas si ces quelques lignes vous éclairent un peu… je l’espère en tout cas !

N’hésitez pas à rebondir sur tel ou tel point, à me partager vos idées sur le sujet, à me poser d’autres questions […] !

Vous aimez cet article ?! Partagez-le ! Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *