Promenade automnale avec P’tit Loup, 21 mois

Ce matin de début octobre, P’tit Loup (21 mois) et moi sommes allés nous promener. La forte pluie du petit matin avait laissé place à quelques rayons de soleil.

Une promenade sans but, si ce n’est celui de profiter de ce que nous rencontrerions en chemin…

Munis d’un ciré et de nos bottes en caoutchouc, nous avons débuté notre promenade.

2015-10-06-promenade-montessorienne-automne-Louis-21mois-4

Quelques mètres plus loin, P’tit Loup tira sur ma main pour se baisser et ramasser au sol un petit bâton. Il le saisit et très vite, il utilisa son bâton pour gratter et enlever la mousse sur le muret qui se trouvait à côté de nous.

 

Cette activité qui, au passage, sollicite la coordination oeil-main et tout un tas d’autres habilités, a occupé P’tit Loup pendant cinq bonnes minutes.

Ramasser des glands...

Un peu plus loin, ce sont les glands qui ont retenu toute l’attention de P’tit Loup, et plus particulièrement UN gland qu’il a décortiqué jusqu’au bout.

Un peu plus loin encore… une énorme flaque d’eau… sur la route que nous traversions…

« Ah, ici c’est la route, il y a des voitures qui roulent, ce n’est pas possible de jouer dans cette flaque d’eau mais on va en trouver d’autres ! »

Ce sont ensuite deux chiens qui nous ont surpris. Ils étaient derrière une clôture et se sont mis à aboyer à notre passage. Nous sommes restés un moment à les regarder… et à les écouter aboyer…

2015-10-06-promenade-montessorienne-automne-Louis-21mois-2Et puis, sur une place : un bassin… je me suis abaissée à la hauteur de P’tit Loup pour voir ce que lui pouvait distinguer de ce bassin : Rien. Juste la grille et la haie… cela n’est pas inintéressant bien sûr, mais ce matin-là, j’ai eu l’envie de partager la vue de ce bassin que je trouvais magnifique. J’ai donc porté P’tit Loup et il a semblé partager mon émerveillement en souriant et en observant le bassin. Soudain, sur l’eau, le reflet d’un avion est venu perturber le bal tranquille des poissons… Voyant cela, P’tit Loup a aussitôt levé la tête et regardé dans le ciel : un avion ! Et il regardait alternativement l’avion et son reflet…

Nous avons passé dix bonnes minutes devant ce bassin !

Découverte ultime : des flaques d’eau, et pas de minuscules flaques d’eau, non ! Non, de vraies flaques d’eau 🙂

Les flaques d'eau...

P’tit Loup s’y est précipité, a d’abord marché avec précaution en observant et écoutant ce qui se passait. Il s’est ensuite accroupi et a mis les doigts, les mains… puis a joué avec un bâton… alors là je me disais, bon, le risque est énorme qu’il termine assis dans la flaque d’eau… mais pour aujourd’hui, pas de souci majeur à cela ! Il ne faisait pas froid, nous étions à même pas 10 minutes de la maison et la maman de P’tit Loup est ouverte à ce type d’exploration 🙂

Donc j’ai continué à observer P’tit Loup qui pataugeait gaiement dans la flaque… et pour finir, ça n’a pas raté ! Il s’y est assis, plus par déséquilibre qu’autre chose je pense, mais cela n’a pas eu l’air de le déranger ! La couche doit un peu protéger ! Il serait bien resté assis, mais là je n’ai pu m’empêcher de l’inviter à se remettre sur ses pieds.

Il a aussi découvert que taper des pieds dans les flaques d’eau, ça éclabousse et ça fait un sacré bruit !

Après toutes ces explorations, il était temps de rentrer à la maison car la maman du petit explorateur n’allait pas tarder à rentrer. Une fois les flaques d’eau hors de vue, P’tit Loup s’est de toute façon montré fatigué et n’a vu aucun inconvénient au fait de rebrousser chemin !


Pour savoir ce que pensait Maria Montessori de ce type de promenade, c’est par ici !

Vous aimez cet article ?! Partagez-le ! Facebooktwitterredditpinterestlinkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *