La promenade vue par Maria Montessori

« L’enfant de 18 mois à 2 ans est capable de parcourir des kilomètres. Il peut franchir des passages difficiles, monter des escaliers. Seulement il marche avec un but différent du nôtre. Nous cheminons pour atteindre un but extérieur, et nous allons droit à ce but. L’enfant, lui, marche pour élaborer ses propres fonctions. Son but est donc de se créer lui-même. Il est lent. Son rythme n’est pas encore établi mais les choses qui l’entourent l’attirent. L’aide que devrait apporter l’adulte serait, à ce moment, de renoncer à son propre rythme, à ses propres buts ».

Extrait de L’Enfant de Maria Montessori

Vous aimez cet article ?! Partagez-le ! Facebooktwitterredditpinterestlinkedin

2 réflexions au sujet de « La promenade vue par Maria Montessori »

  1. Je trouve cette « grande » citation géniale. Elle fait réfléchir !
    Après il faut avoir du temps pour la mettre en pratique !!!

    Fanfan la tulipe

  2. Oui, cela nécessite effectivement de pouvoir prendre le temps, de pouvoir « lâcher » nos multiples occupations et préoccupations quotidiennes d’adulte (et elles sont nombreuses !) afin de suivre l’enfant là où il souhaite nous emmener, là où il pressent qu’il a quelque chose à découvrir, quelque chose à explorer, quelque chose à apprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *